Ça va bien aller !

Ce texte a été tissé grâce aux merveilleuses paroles des deux premiers CD des 2 frères que j’adore. Je n’ai apporté que quelques modifications. Merci de tout mon cœur pour le bien immense que vous me faites par votre musique. J’ai joué la porte-parole au nom des jeunes et de l’Univers. Excusez-la ! Et ça va comme suit :

On a pu le choix, il faut remettre les pendules à l’heure. Excusez les inconvénients, on est en train de faire tourner le vent. On est juste en train de changer le monde, plus le temps de perdre une seconde. C’est maintenant que le temps est bon. Ça dérange les institutions mais on ne se laissera pas faire. L’histoire va nous donner raison. On a compris ça simplement et puis si y arrive des bouleversements qui font voir les choses autrement, c’est alors qu’on ouvre les yeux tout grands. Oui ça va bouleverser nos vies. Mais on reste des enfants de la Terre, on a ça dans le sang. Il faut prendre le temps. C’était ça notre destin, on l’avait vraiment choisi. Présentement on rêve puis on fait rêver tout autour. On veut vivre comme on l’a toujours espéré. Moi ça me donne le courage d’avancer pour ce qui me tient à cœur, il faut bûcher. Ça n’empêche pas de rêver qu’on pourra s’en sortir pareil.

Au fond on est tous pareil, on veut notre place au soleil. Au fond on se cherche encore en dedans comme en dehors. On est une grande famille qui se supporte quand la tristesse est trop forte et oui ça nous arrive aussi de baisser les bras quand l’orage apparaît. On ne peut pas juger comme ça le monde. On ne peut pas savoir ce qui les hante, ni les combats qui les rongent. Il faut s’arrêter quelques secondes pour y penser quand on se croise sur la route. Il n’y a rien de plus important que l’Amour qui nous rassemble. En famille, entre amis, entre nous à chaque fois qu’on le peut nous autres on se prend dans nos bras. Ce qui nous tient c’est plus fort que tout, on a compris ça depuis longtemps que l’essentiel de la vie ça se passe entre nous.

Je suis celle qui rêve encore. J’ai le cœur tatoué dans les mains. Tant qu’il y aura de l’espoir à partager c’est toute ma vie que je veux aimer. Les gens me demandent, «C’est quoi le secret pour être heureux ? » « C’est quoi ton truc pour être solide ?» C’est simple, j’ai les deux pieds sur terre et je suis branché sur l’Univers. À chaque matin j’enfile mon sourire et mes ailes. J’ai fait un choix, j’aime mieux suivre la lumière. Ça me prend un peu de nous pour savoir qui je suis. Je suis devenu moins jeune mais plus sage. Je remercie le ciel pour cet Amour inconditionnel qui nous donne des ailes et qui peut ramener le calme dans nos cœurs, dans nos âmes. J’ai tellement la flamme dans mon grand cœur de femme et je sais que passion et gagne-pain doivent faire un dans nos vies.  C’est cela qui nous donne des ailes pour continuer. Et si Jésus et puis Bouddha c’était tout du pareil, s’ils chauffaient le même appareil au fond de la voie lactée… On est huit milliards d’âmes sur la terre et on veut tous la même affaire, on veut la vérité. Moi ma religion c’est de nous aimer et d’être aimer. Je suis une de celles vers qui on se tourne, vers qui l’on va pour nous remettre sur le piton. Pourtant la vie nous a donné tout ce qu’il faut car nos réponses sont toujours en nous.

Ouvre ta fenêtre, regarde le ciel. Attrape une étoile, fais un vœu. Fais de ta vie ce que tu veux. C’est toi l’étoile c’est toi le ciel. Pas besoin de demander au ciel que l’amour soit là, il est éternel. On devrait se faire plus confiance car de l’Amour y en a en nous et autour de nous. On est tous du beau monde jusqu’en dedans. Si on ouvre tout grand notre porte, on reçoit de l’amour direct au cœur. Je n’arrêterai jamais de nous pousser. Je sais que parfois tu as la fatigue à tes trousses et que tu as l’impression que la vie t’a dans sa mire. Tu donnes tout ce que tu as à ton monde, ton altruisme est légendaire. Alors dis-moi, qui veille sur toi ? Tu penses étrangement que tout se peut et que tout est permis mais je te sens les bras tomber. À la vie, à la mort et entre les deux, ici-bas trop souvent on a mis un prix sur le bonheur mais le bonheur c’est le chemin, il est en chacun de nous. J’écoute tes larmes couler sans dire un mot. Tu as le mal de la vie qui a de la peine à continuer. Oui tout ça bouleverse ta vie. Mais dans le plus long des silences je te dirai « Je t’aime » et je te le redirai encore et encore.

On doit seulement attendre le moment propice. On a tous quelque chose à changer pour se défaire de ce qui nous rend malheureux afin que le monde se sente un petit peu mieux. Et si on s’aimait un peu plus à chaque pas, à chaque fois ? Je nous vois mieux à l’horizon. On s’est trouvé un petit coin pour être heureux et avec tout notre cœur on a permis au soleil d’entrer. Maintenant on peut profiter des saisons. On mène nos vies en couleurs. On entend les rires d’enfants et on aime partager notre bonheur avec des gens de cœur. Mu par nos anciens rêves qui nous poussent à continuer. Ici il y a le temps qui passe un peu comme par magie, on ne connaît plus les remords, on s’en fait même plus pour demain parce qu’on n’a pas le goût de penser trop loin quand on est bien. Je désire faire battre nos cœurs, je veux faire s’envoler nos têtes. Je vis légère comme un oiseau car je sais que la ligne du temps fait toujours notre bonheur. Aujourd’hui quand on sourit, on oubli les larmes on ne voit que la vie. Dans nos regards et nos cœurs on se réfugie c’est là que l’espoir a fait son nid et la lumière aussi.

Et je vous assure que ça va bien aller.

Joanne Pelletier

Les 2 frères

photo officielle de leur site 2frères.com

2 commentaires sur “Ça va bien aller !”

  1. J’adore!! Ton texte est très inspirant et motivant .Il me fait beaucoup réfléchir. Merci MamyJo pour ce que tu fais et tout ce que tu es.🌈❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *